Régions : Acteurs clés pour maintenir l’UE à flot

//Régions : Acteurs clés pour maintenir l’UE à flot

Web_BP CRPM 02-2016_HaarlemLa Conférence des Régions Périphériques Maritimes (CRPM) a réuni son Bureau politique, le 19 février 2016 à Haarlem à l’invitation de Cees Loggen, Ministre Régional de la province de Noord-Holland (NL). Le Président de la CRPM et du gouvernement autonome des Açores (PT), Vasco Cordeiro a ouvert la réunion rappelant à l’auditoire que « Le niveau régional est un outil puissant pour le projet de l’UE et qu’il n’a pas été considéré en tant que tel : nous devons être considérés comme des partenaires à part entière ».

Eleni Marianou, Secrétaire Générale, a présenté le programme de travail de la CRPM qui contient non seulement les axes principaux sur la politique de la cohésion, les affaires maritimes, et l’accessibilité mais aborde aussi les questions d’urgence telles que la gestion des migrations par les régions, et le rôle clé des autorités régionales dans les enjeux mondiaux. Dans un contexte où le paradigme de l’UE ne semble pas pouvoir se renflouer, « notre rôle en tant que régions est de mettre en œuvre de manière efficace, d’innover et d’investir. Nous devons développer la bonne narration qui évitera les colmatages faciles et le populisme ».

Le budget européen et les perspectives de la révision à mi-parcours ont été le point central du débat sur la politique de cohésion. Pierre Karleskind, Vice-Président, Conseil régional de Bretagne, a soulevé la question du rôle de la politique de cohésion pour certaines Régions moins accessibles qui ne correspondent pas à des critères d’éligibilité et n’accèdent pas à des instruments de financement spécifiques de la cohésion.

Jean Arthuis, Président de la commission BUDG du Parlement européen, a qualifié le budget de l’UE de « corset étroit », et a insisté « Nous sommes à la fin d’un type de budget. Nous avons besoin d’instruments efficaces et flexibles ». Il a rappelé que « les Régions Périphériques Maritimes doivent faire valoir leurs arguments pour démontrer que leurs projets ont une valeur ajoutée et contribuent à une croissance accrue et dynamique et luttent contre le chômage de masse qui touche l’ensemble de l’UE ». Au cours du débat, il a clarifié que l’objectif est de « développer la compétitivité des Régions en Europe ».

En ce qui concerne les questions maritimes, le Bureau politique de la CRPM a d’abord fait le point sur la mise en œuvre de son « agenda maritime », qui comprend notamment un bilan sur son initiative Vasco da Gama. Le projet pilote tiendra sa conférence finale à Bruxelles le 1er mars. La session s’est poursuivie par une présentation des priorités de la présidence néerlandaise, où les Régions pourraient apporter une contribution efficace dans les groupes de discussion de haut niveau, en particulier sur des sujets tels que le transport maritime à courte distance. Lodewijk Abspoel, Conseiller principal PMI et PSM en Mer du Nord, a souligné que « l’interaction terre-mer représente un triangle d’or » pour une mise en œuvre effective de la Directive sur la planification de l’espace maritime. Au cours du débat, Cees Loggen, a souligné « Il y a encore un certain nombre de défis. Par exemple, les PSM nationales diffèrent dans le contenu et les priorités. Il y a aussi des incompatibilités en terme de statut juridique. Les objectifs nationaux et ceux des stratégies sont partiellement opposés ».

Une table ronde sur les perspectives de l’action dans le domaine des transports, a réuni plusieurs représentants des Commissions géographiques de la CRPM partageant une volonté commune de poursuivre un rôle actif dans les foras sur les corridors RTE-T. Ils incitent à une meilleure intégration des régions situées à l’extrémité des corridors, y compris les îles et les régions ultrapériphériques.

Rogier Van Der Sande, Ministre régional de Zuid-Holland et Vice-Président de la CRPM en charge de l’énergie et du climat a rappelé la participation de la CRPM à la COP 21, où pour la première fois, le rôle des acteurs non-étatiques a été reconnu pressant davantage les autorités régionales à agir.

Beatriz Yordi Aguirre, chef de l’unité pour l’adaptation à la DG Action pour le climat, a souligné « les Régions sont des facilitateurs pour la mise en œuvre des deux plans de mitigation et d’adaptation ; les macrorégions et les aspects transnationaux sont également très importants ».

La veille de la réunion du Bureau Politique, les membres de la CRPM ont participé à une «Conférence de haut niveau: Les obstacles à l’investissement et l’accès au financement en Europe pour l’économie maritime: quel rôle pour les régions européennes», qui a présenté des études de cas sur comment les régions et les autorités locales en Europe agissent comme effet de levier au niveau de la croissance, en particulier dans l’économie maritime, grâce à l’aide fournie par l’Union européenne, et par une utilisation adéquate de ses instruments financiers.

2016-03-25T10:45:44+00:00