CRPM est alarmée par la réduction de 15% du Fonds Européen pour le FEAMP

//CRPM est alarmée par la réduction de 15% du Fonds Européen pour le FEAMP

Dans ses propositions relatives au Cadre Financier Pluri-Annuel post-2020 publiées le mercredi 2 Mai 2018, la Commission européenne propose également de mobiliser les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP) autour de trois grandes priorités :

  • Conserver les mers et les océans en bon état et assurer le développement durable du secteur de la pêche et de l’aquaculture en réduisant l’incidence de la pêche sur le milieu marin tout en renforçant la compétitivité et l’attractivité du secteur;
  • Promouvoir l’économie bleue, en particulier en contribuant à l’essor de communautés côtières durables et prospères par l’investissement et le développement des compétences, des connaissances et des marchés;
  • Renforcer la gouvernance internationale des océans ainsi que la sûreté et la sécurité de l’espace maritime dans les zones qui ne relèvent encore d’aucun accord international en matière de pêche

Si la CRPM partage ces priorités, elle le budget annoncé pour les mettre en œuvre à travers le FEAMP est quant à lui très préoccupant. La Commission européenne propose en-effet de ne doter le FEAMP psot-2020 que de 5,4 milliards d’Euros, contre 6,4 aujourd’hui. Ceci représente une baisse drastique de 15%.

Seule la lecture de la proposition de la Commission européenne concernant le contenu du FEAMP, attendue pour fin Mai, permettra d’analyser les conséquences concrètes de ce choix budgétaire. Celui-ci se répercutera néanmoins certainement sur le budget disponible pour soutenir les aides qui bénéficient directement aux entreprises de la pêche et de l’aquaculture, qui représentent aujourd’hui près de 72% du budget du FEAMP.

Dans sa position politique relative au FEAMP de Mars 2018, la CRPM avait demandé un budget constant pour le FEAMP. Ceci se justifie au regard des lourds enjeux auxquels feront face les secteurs de la pêche et de l’aquaculture dans la période post-2020.

Ces enjeux tiennent à la poursuite de la mise en œuvre des changements introduits par la réforme de la PCP en 2013, dont l’obligation de débarquement, l’impact du changement climatique, les enjeux de connaissance des milieux et des ressources et de contrôle adéquat des activités de pêche, la nécessité d’innover face à la concurrence internationale, l’attractivité des métiers, la modernisation et le renouvellement des flottes.

A cela s’ajoutent les conséquences à venir du Brexit, qui aura un impact de long-terme sur les filières.

Les autres priorités proposées pour le FEAMP, autour de l’économie bleue et de la gouvernance internationale, pâtiront également de l’insuffisance du budget proposé.

Il est difficilement concevable que la Politique Maritime Intégrée puisse bénéficier des moyens nécessaires à la réalisation de ses propres objectifs, et au rôle d’impulsion qu’elle doit jouer pour les autres politiques de l’Union européenne.

A l’heure où le potentiel de l’économie maritime explose dans le monde, les propositions de la Commission européenne ne permettent pas au FEAMP de jouer un rôle moteur dans le renforcement de la stratégie maritime de l’Union européenne.

La CRPM demeurera mobilisée sur ces enjeux, pour demander une hausse du budget proposé par la FEAMP, en priorité autour des enjeux de la pêche et de l’aquaculture.

Le 20 Juin 2018, elle sera représentée, par Pierre Karleskind, Vice-Président de la région Bretagne et Président du groupe pêche-aquaculture de la CRPM, lors d’un premier débat sur les propositions de la Commission européenne organisé à Bruxelles par la commission Pêche du Parlement européen.

2018-05-08T08:13:40+00:00