PNIEC : les régions sont-elles dans le coup ?

//PNIEC : les régions sont-elles dans le coup ?

La Commission européenne a publié ses recommandations sur les PNIEC et elles sont en adéquation avec les résultats de l’analyse préliminaire de la CRPM.

Ce 18 juin, la Commission européenne a publié les recommandations sur les projets des Plans nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat (PNIEC). Dans les PNIEC, les États membres doivent indiquer les politiques et mesures à prendre de 2021 à 2030, afin d’atteindre les objectifs climat et énergie de l’UE pour 2030, ainsi que les objectifs de l’Accord de Paris. Les PNIEC finaux devront être envoyés à la Commission le 31 décembre 2019.

Les recommandations, en soulignant le peu de temps disponible pour rédiger les PNIEC, demandent davantage d’ambition aux Etats membres, en particulier en termes d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, car les contributions ne suffisent pas pour atteindre les objectifs de 2030. De plus, des détails supplémentaires sur les politiques ainsi que des besoins d’investisement mieux spécifiés sont demandés.

Le manque de détail dans les politiques a également été constaté dans l’analyse que la CRPM conduit actuellement sur les PNIEC. Cette analyse est basée sur les projets de PNIEC et sur les contributions des régions à un questionnaire, auquel il est encore possible de contribuer.

L’analyse se focalise sur quatre thèmes principaux :

1)  L’implication des régions dans l’élaboration des PNIEC ;

2)  Les objectifs généraux des PNIEC ;

3)  Les énergies marines renouvelables ;

4)  Le transport.

Les résultats préliminaires, basés sur les réponses de plus de 20 régions, montrent que l’implication des régions était faible, voire superficielle dans certains cas. Cependant, il faut prendre en compte que les États membres n’étaient pas tenus d’établir un dialogue avec les parties prenantes au niveau national au stade du projet de PNIEC.

Le fait que les régions n’aient pas suffisamment été impliquées dans la rédaction du projet de PNIEC, a conduit plusieurs d’entre-elles à considérer les PNIEC comme étant non-territorialisés. Le manque d’approche territoriale au sein de PNIEC peut conduire à des difficultés dans la mise en œuvre de politiques.

Les objectifs des PNIEC sont considérés positivement et certaines régions préconisent même des politiques plus ambitieuses. Cependant, le manque de détails politiques sur comment atteindre ces objectifs peut poser problème. De plus, les régions disposent déjà de politiques et stratégies qui pourraient inspirer les PNIEC.

Quant aux énergies marines renouvelables, la plupart des PNIEC ne les mentionne pas ou le font de façon superficielle. Ceci est un élément de préoccupation, car ces dernières peuvent être un instrument pour s’assurer que les régions maritimes puissent atteindre les objectifs nationaux en fonction de sur leurs points forts. En ce qui concerne le transport, les mesures comprises dans les PNIEC sont hétérogènes et manquent de détail quant à leur mise en œuvre.

2019-06-24T08:34:23+00:00