Le groupe cohésion de la CRPM échange sur l’avenir d’Interreg avec les États membres

//Le groupe cohésion de la CRPM échange sur l’avenir d’Interreg avec les États membres

Le groupe de travail de la CRPM sur la politique de cohésion a tenu une réunion avec les États membres de l’UE le 04 février.

L’événement a rassemblé plus de 45 représentants des régions de la CRPM pour présenter leurs principaux problèmes et préoccupations concernant Interreg post-2020.

De façon positive, les régions de la CRPM se sont félicitées de l’appui des États membres au maintien de la coopération transfrontalière maritime dans le cadre de la coopération transfrontalière, comme dans le cas actuel d’Interreg

A ce titre, la méthodologie d’allocation pour la coopération territoriale européenne (CTE) a été un point largement débattu. La méthode proposée par la Commission européenne pourrait exclure 133 des 302 régions NUTS3 maritimes des futurs programmes transfrontaliers maritimes.

Les attachés cohésion des Etats-membres ont confirmé que la méthodologie d’allocation pour la CTE, ainsi que le budget global d’Interreg, seront dans les derniers points à négocier.

Un point majeur de la discussion a concerné la nouvelle composante pour les investissements interrégionaux dans l’innovation, également dénommée composante 5. Les régions membres de la CRPM et les attachés cohésion des Etats-membres ont souligné le besoin de mieux définir le mode de gestion, la portée et le mécanisme de mise en œuvre de cette nouvelle composante, ainsi que sa future place dans la réglementation.

Concernant les futurs liens de coopération avec le Royaume-Uni, la représentante du Cornwall Council a insisté sur l’importance de continuer la coopération dans le futur, en dépit du Brexit, et la valeur ajoutée de maintenir les régions du Royaume-Uni éligibles à la composante 5. Le transfert éventuel de la composante 5 au sein du règlement sur le Fonds européen de développement régional et du Fonds de cohésion soulève des questions quant à son ouverture aux pays tiers.

Enfin, Nanette Maupertuis, membre du conseil exécutif de la Corse, qui préside la Commission des Iles de la CRPM, et rapporteure du CdR pour la CTE, a présenté le point de vue de la CRPM sur la coopération territoriale pour les îles.

Mme Maupertuis a souligné la valeur des régions insulaires en tant que laboratoires d’innovation et a appelé à la création de sous-programmes pour ces régions et à un taux de cofinancement de 85% pour ce type de territoires en raison de leurs défis spécifiques.

La présidence roumaine a confirmé son intention de parvenir à un accord général partiel sur la politique de cohésion d’ici à juin 2019. Cela ne comprendrait toutefois pas les éléments plus politiques et budgétaires, négociés au sein du groupe de travail sur le cadre financier pluriannuel du Conseil de l’UE.

 Consultez l’avenir d’INTERREG: 10 messages de la CRPM

2019-02-28T10:04:21+00:00