La CRPM regrette profondément la proposition de la Présidence finlandaise prévoyant une réduction du budget global de l’UE pour la période 2021 – 2027, basé sur les contributions des Etats membres qui se situeraient à 1,07% de leur Revenu National Brut (RNB). Elle réaffirme fortement son soutien à la position du Parlement européen : une Union européenne ambitieuse devrait être soutenue par un budget ambitieux reposant sur des contributions des États membres de l’UE fixées à 1,3% du RNB et de nouvelles ressources propres.

La version révisée du « cadre de négociation » du prochain Cadre Financier Pluriannuel diffusée par la Présidence finlandaise avant la réunion du Conseil européen (12-13 décembre) introduit pour la première fois des dotations financières pour des politiques clés de l’UE, 18 mois après la publication de la proposition de la Commission européenne.

« La proposition de la Présidence finlandaise suggère de réduire de nombreuses politiques clés de l’UE qui sont mises en œuvre sur le terrain par les autorités régionales. Il est irréaliste et littéralement impossible de réaliser une Union ambitieuse qui s’efforce d’aller plus loin avec un budget aussi faible », a déclaré le Président de la CRPM, Vasco Cordeiro.

La CRPM est particulièrement inquiète quant à la proposition de réduire des engagements pour le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE) ; une telle réduction de ce pilier Transport rend impossible l’accomplissement des missions du MIE et la réalisation du Réseau Transeuropéen de Transport (RTE-T) dans les délais. Une réduction de 18% du MIE empêcherait l’UE d’atteindre son ambition de connecter et d’intégrer l’Union et toutes ses Régions.

La CRPM regrette également la réduction globale du budget de la politique de cohésion, qui nuit à l’un des principaux piliers du projet européen, et appelle donc les dirigeants européens à sauvegarder le budget de la cohésion lors des prochaines négociations.

Eleni Marianou, Secrétaire Générale de la CRPM a déclaré : « Nous nous trouvons malheureusement face à une négociation de compromis qui vise à obtenir un large consensus entre les Etats membres, au lieu de chercher à réaliser un projet européen ambitieux ».

Le Secrétariat général de la CRPM a examiné la dernière version du « cadre de négociation », en procédant à une première analyse de son contenu et des changements majeurs, incluant une ventilation détaillée des ’allocations budgétaires par rapport à la proposition de la Commission européenne. Cette analyse peut être consultée ici.

Suite à cette analyse, la CRPM a présenté une représentation unique des coupes proposées par la présidence finlandaise pour la Politique de Cohésion pendant la période 2021-2027, par pays membre de l’UE. En comparant le modèle statistique de la CRPM avec l’information et les données de la version révisée du cadre de négociation du Cadre financier pluriannuel, deux aspects importants peuvent être explorés:

  • l’ampleur des coupes budgétaires proposées concernant les allocations de la politique de cohésion au niveau des Etats membres par rapport à la période 2014-2020
  • les changements introduits par la version du mois de décembre de du cadre de négociation visant à limiter ou réduire les allocations des Etats membres pour la politique de cohésion en 2021-2027.

La note indique que la seule façon d’atteindre les ambitions de l’UE, telles que le European Green deal, est de doter l’Union européenne d’un budget important avec une politique de cohésion solide en son centre. C’est pourquoi la CRPM estime que le niveau d’ensemble du budget de l’UE pour 2021-2027 doit être porté à au moins une contribution des Etats membres fixée à 1,3% du RNB et de nouvelles ressources propres, comme l’indiquent également le Parlement européen et le Comité des Régions.

Lisez cette analyse ici.