La CRPM présente sa position sur la politique de cohésion post-2020 devant la commission régionale du Parlement européen

//La CRPM présente sa position sur la politique de cohésion post-2020 devant la commission régionale du Parlement européen

Eleni Marianou, Secrétaire générale de la CRPM, a été invitée à une réunion extraordinaire de la Commission du développement régional (REGI) du Parlement européen le 1er février pour discuter de la réforme de la cohésion après 2020.

L’objectif de cette rencontre était de faire le point sur l’état d’avancement du prochain paquet législatif consacré à la cohésion, prévu pour la fin du printemps 2018.

Un premier panel de représentants des institutions européennes (DG REGIO, Présidence du Conseil, Comité des régions, Comité économique et social européen, Parlement européen) a informé les participants de l’avancement des négociations.

L’eurodéputé Marc Joulaud, rapporteur du REGI sur le 7e rapport sur la cohésion,  a également assisté à la réunion et présenté la contribution du Parlement européen sur l’avenir de la politique de cohésion.

La deuxième partie du débat a porté sur les perspectives des associations territoriales, représentées par les secrétaires généraux d’Eurocities, du CCRE, de l’ARE et de la CRPM.

Eleni Marianou a exposé les principales préoccupations des régions membres de la CRPM en ce qui concerne la réforme de la politique de cohésion, en particulier les coupes budgétaires probables pour l’enveloppe Cohésion après 2020 et le renforcement du lien entre le semestre européen et la politique de cohésion, ce qui risque de détourner la politique des objectifs initiaux du traité.

Elle a clairement rappelé que « même une réduction de 10 % du budget de la politique de cohésion serait catastrophique pour son avenir », se référant à la récente analyse de la CRPM sur l’impact de ces réductions pour les États membres de l’UE.

La CRPM estime que la politique de cohésion devrait rester la principale politique européenne d’investissement pour toutes les régions de l’UE, en maintenant son enveloppe post-2020 au moins au niveau du budget 2014-2020. Eleni Marianou a également demandé des éclaircissements sur la manière dont la politique de cohésion serait davantage liée aux recommandations spécifiques par pays dans le cadre du processus du semestre européen.

La CRPM continuera à s’impliquer activement dans les discussions sur l’avenir de la politique de cohésion, en défendant les intérêts de ses 160 régions membres. Voir la récente réaction de la CRPM aux propositions préjudiciables formulées dans la communication de la Commission au sujet du nouveau cadre financier.

 

2018-02-26T09:25:37+00:00