La CRPM partage sa vision de la politique de cohésion post-2020 avec Marc Lemaître

//La CRPM partage sa vision de la politique de cohésion post-2020 avec Marc Lemaître

Dans la perspective de la publication de la proposition législative de la Commission sur la politique de cohésion post-2020 le 02 mai, la CRPM intensifie son action pour orienter le débat institutionnel. 

Le 25 janvier, à la Maison des provinces des Pays-Bas à Bruxelles, le Core Group de la CRPM, qui réunit des représentants de 30 régions de la CRPM (dont deux élus), a débattu des enjeux de l’avenir de la politique de cohésion. 

Marc Lemaître, Directeur général de la politique régionale a apporté des réponses aux réflexions et préoccupations de la CRPM sur l’avenir de la politique de cohésion. 

Les régions membres de la CRPM sont vivement préoccupées par le risque potentiel que la politique de cohésion ne devienne à l’avenir un instrument pour inciter les États membres à mener des réformes structurelles dans le cadre du semestre européen.  Les régions membres ont souligné l’importance de préserver la raison d’être de la politique de cohésion, à savoir la promotion du développement social, économique et territorial.

Les régions membres ont également fait part de leurs inquiétudes quant à la réduction potentielle de l’enveloppe Cohésion, qui pourrait atteindre 10 %. Cela serait préjudiciable à la politique de cohésion, dans la mesure où les États membres ayant des « régions plus développées » pourraient difficilement justifier le soutien à la politique de cohésion après 2020 si le niveau d’aide devient insignifiant. Une telle réduction soulèverait également des questions sur la légitimité de la politique de cohésion en tant que réelle « politique d’investissement » de l’UE.

Un autre point soulevé par les régions de la CRPM est l’importance du renforcement de la dimension territoriale de la politique de cohésion pour l’après 2020. La politique doit tenir compte des besoins locaux pour pouvoir générer croissance et emplois.

En réponse aux questions soulevées par le secrétariat de la CRPM et les régions membres, Marc Lemaître a confirmé qu’il y aura un lien plus fort entre la politique de cohésion et le semestre européen après 2020.

Concernant l’avenir de la coopération territoriale européenne, il a indiqué qu’il y aura probablement une certaine rationalisation des programmes. Il a également précisé que la simplification est une priorité absolue de l’actuelle Commission. Quant à l’avenir du Fonds social européen, Marc Lemaître a souligné qu’il y aura probablement des mesures de rationalisation en vue de réduire les chevauchements avec d’autres fonds/programmes.

Michiel Rijsberman, ministre régional du Flevoland et animateur de la rencontre, a attiré l’attention sur l’animosité générale à l’égard de la politique de cohésion et sur la nécessité pour le niveau régional d’engager un dialogue ouvert avec le niveau national sur l’importance de préserver une politique de cohésion forte pour la période post-2020.

Patrizio Bianchi, ministre régional de la région Emilie-Romagne, a déclaré que « la seule façon de restaurer le rôle de l’Europe est de restaurer le rôle des Régions ».

Pour conclure, Marc Lemaître a vivement encouragé les régions de la CRPM à participer à la consultation ouverte de la Commission sur les « fonds européens dans le domaine de la cohésion »,  qui se tiendra jusqu’au 8 mars et dont les réponses permettront à la Commission d’élaborer sa proposition sur le prochain CFP.

 

2018-02-26T09:15:50+00:00