De nouvelles études CRPM montrent clairement la nécessité d’une dimension territoriale dans la politique de cohésion post-2020

//De nouvelles études CRPM montrent clairement la nécessité d’une dimension territoriale dans la politique de cohésion post-2020

La Conférence des régions périphériques maritimes (CRPM) a publié aujourd’hui trois analyses et études montrant la nécessité d’une dimension territoriale forte pour la politique de cohésion post-2020.

Ces études comprennent une analyse de la dimension territoriale du plan Juncker (EFSI), une étude sur l’expérience des régions membres du Fonds social européen (FSE) de la CRPM, que la CRPM considère comme un élément clé de la politique de cohésion après 2020, et une projection de l’éligibilité des régions dans la politique de cohésion, en utilisant les dernières statistiques régionales du PIB.

La CRPM a publié ces nouveaux éléments pour soutenir le projet de position politique portant sur l’avenir de la politique de Cohésion qui sera présentée à ses régions membres pour approbation au Bureau politique le 22 juin à Stavanger, en Norvège. Les trois études et analyses sont les suivantes :

La note d’information de la CRPM « L’EFSI a-t-il une dimension territoriale ? », analyse la dimension territoriale du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI). Cinq cartes ont été développées pour comparer la répartition des fonds de l’EFSI et de la politique de cohésion (fonds ESI), géographiquement et sectoriellement, basées sur la liste publique des projets EFSI financés jusqu’à maintenant. L’analyse montre qu’il n’y a pas de logique de distribution (en termes de géographie ou de type de secteur pris en charge) à l’EFSI. Cela contraste avec la répartition des fonds ESI qui suit l’objectif de la politique de cohésion pour remédier aux disparités régionales.

La CRPM recommande que la Commission européenne établisse des limites claires entre l’EFSI et la politique de cohésion dans le futur. Des mesures spécifiques devraient également être mises en place pour permettre aux régions moins développées et aux territoires spécifiques, comme les îles et les régions ultrapériphériques, de mieux accéder aux financement EFSI.

L’étude de la CRPM intitulée « Fonds social européen 2014-2020 et l’Initiative pour l’emploi des jeunes : l’expérience des régions membres de la CRPM » présente les résultats d’un sondage de la CRPM, soutenu par la région Emilia-Romagna, afin d’obtenir des commentaires des régions membres sur leur expérience des programmes découlant du Fonds Social Européen pour 2014-2020 et l’initiative pour l’emploi des jeunes. L’enquête a recueilli les commentaires des membres de la CRPM sur la manière dont ils envisagent le rôle du FSE dans la future politique de cohésion.

L’enquête a révélé que le programme du FSE a une dimension territoriale essentielle qui reflète les domaines de compétence régionale, une plus grande cohérence est nécessaire entre le FSE et le semestre européen, et une plus grande flexibilité pour les autorités régionales entraînera des gains d’efficacité sur la mise en œuvre du FSE. La CRPM recommande que les programmes du FSE soient gérés au niveau régional, il devrait y avoir une plus grande flexibilité dans les domaines d’intervention du FSE pour assurer l’alignement sur les besoins des régions et la dimension territoriale du FSE devrait être renforcée.

La CRPM a produit de nouvelles projections pour l’éligibilité à la politique de cohésion. La projection de la carte (VOIR LA VIDÉO) montre l’éligibilité de la politique de cohésion si les dernières statistiques régionales du PIB (moyenne de 2013, 2014 et 2015) étaient utilisées, par rapport à l’éligibilité à la politique de cohésion pour 2014-2020, comme convenu en février 2013.

Il en résulte que 34 régions changeraient de catégorie, dont 11 progresseraient dans une catégorie et 23 seraient inférieurs à la catégorie inférieure. Au niveau des États membres, les régions du sud de l’Europe sont les plus touchées par ces baisses : 22 de ces régions sont en Grèce, en Espagne, en Italie, à Chypre et au Portugal. La projection démontre que la plupart des régions des pays d’Europe centrale et l’est affichent une croissance soutenue, alors que de nombreux États membres de l’UE du Sud sont en retrait, en particulier l’Espagne et la Grèce.

Vidéo de la CRPM: projection de l’éligibilité des régions dans la politique de cohésion, en utilisant les dernières statistiques régionales du PIB:

2017-06-15T10:10:42+00:00