La CRPM sensibilise la Commission européenne et le Parlement aux priorités des transports

//La CRPM sensibilise la Commission européenne et le Parlement aux priorités des transports

La CRPM a écrit à la Commission européenne et au Parlement européen pour les sensibiliser aux priorités de ses Régions membres dans le domaine des transports, dans la perspective de la publication des propositions de la Commission européenne pour le budget communautaire post-2020.

Dans des lettres adressées à Violeta Bulc, Commissaire européen aux Transports, et à l’eurodéputée Karima Delli, Présidente de la Commission des Transports et du Tourisme du Parlement européen, la CRPM a présenté ses principes clés concernant les fonds de soutien à l’accessibilité et aux infrastructures de transport.

Dans ces lettres, la CRPM indique que l’amélioration de l’accessibilité dans l’UE comporte des dimensions territoriales et transnationales intrinsèques qui nécessitent une participation significative des autorités régionales et locales.

C’est pourquoi elle propose que le soutien budgétaire de l’UE aux transports et à l’accessibilité soit structuré comme suit :

  • Le Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE) et le Fonds de cohésion devraient soutenir les corridors prioritaires, les Autoroutes de la mer et les composantes du réseau RTE-T (central et global) ;
  • Le Fonds européen de développement régional (FEDER) devrait stimuler l’accessibilité au niveau régional en soutenant le financement des nœuds secondaires et tertiaires, y compris les ports, ainsi que leurs interconnexions avec le réseau RTE-T ;
  • Égalité de traitement : Les interventions financées sur le budget de l’UE en faveur des infrastructures de transport seraient coordonnées afin que des types de projets similaires bénéficient du même taux de cofinancement, quel que soit le fonds concerné.

La CRPM soutient également une allocation budgétaire pour le MIE au moins au même niveau qu’en 2014-2020 pour la période post-2020, à condition que la gouvernance du MIE soit profondément réformée pour mieux répondre aux défis territoriaux.

La CRPM se félicite de l’intention de la Commission de réduire l’impact du secteur des transports sur le climat et propose donc de réviser à la hausse le budget du MIE alloué à l’objectif de décarbonisation et de stimuler le transport maritime et le transfert modal de la route vers la mer. Une telle initiative justifierait une révision du Livre blanc de l’UE sur les transports datant de 2011 et quelque peu dépassé.

Dans ce contexte, la CRPM estime que les ports devraient être considérés comme des installations transfrontalières. Elle demande davantage de soutien à la coopération territoriale dans le cadre de la politique de cohésion, mais cela vaut également pour la politique des transports. Les ports étant transfrontaliers, ils devraient bénéficier par le biais du MIE des mêmes niveaux de cofinancement que les routes ou les chemins de fer transfrontaliers.

Le soutien au transport maritime devrait également être concrétisé par l’introduction d’un taux flexible pour les actions en faveur des Autoroutes de la mer : Cette aide devrait aller jusqu’à 5 %, en fonction du niveau d’accessibilité des ports concernés.

La CRPM invite l’UE à réexaminer les axes des corridors prioritaires pour mieux équilibrer la couverture des territoires de l’UE au regard des propositions qu’elle a développées.

2018-02-22T07:54:33+00:00