La CRPM prend part aux débats clés de l’UE sur l’avenir du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE)

//La CRPM prend part aux débats clés de l’UE sur l’avenir du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE)

La CRPM a réitéré son appel en faveur d’une révision du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE) pour qu’il reflète les besoins des régions périphériques et insulaires suite à sa participation à une réunion européenne de haut niveau qui s’est tenue à Tallinn, en Estonie.

La conférence Connecting Europe, organisée les 21 et 22 septembre par la Direction générale de la Mobilité et des Transports de la Commission européenne (DG MOVE) et la Présidence estonienne de l’UE, a rassemblé les institutions et les parties prenantes pour discuter de l’avenir du MIE après 2020.

Sur la base des discussions, il est clair que les priorités de la Commission restent orientées sur la poursuite de la concentration des crédits du MIE sur les neuf corridors centraux.

Sur ces corridors, et plus largement sur l’ensemble de la politique des transports, la Commission continuera à mettre l’accent sur la décarbonisation et le transport intelligent : la connectivité, la digitalisation, l’automatisation, la multimodalité et la logistique.

En revanche, les priorités du Parlement européen restent à être précisées. Cependant, la présidente de la Commission des transports et du Tourisme (TRAN), l’eurodéputée Karima Delli, a plaidé pour une contribution du MIE à la « mobilité du quotidien », au service du projet européen et a également souligné la place des Régions dans ce cadre.

Sur le budget du MIE après 2020, le vice-président de la Commission TRAN du Parlement européen, Dominique Riquet, a plaidé pour un triplement au moins par rapport à la période de programmation actuelle, pour ainsi atteindre 70 Milliards d’euros pour 2021-2027.

Par ailleurs, les débats ont beaucoup porté sur la part respective des subventions et des prêts dans le futur, sujet qui a divisé les Etats Membres à l’occasion de la réunion informelle des Ministres des Transports du 20 septembre 2017.

Un consensus s’est en revanche dessiné sur l’efficacité du fonctionnement du MIE dans la période actuelle, avec 92 % des fonds déjà alloués. L’inadaptation du Plan Juncker pour financer les infrastructures de transport a fait l’objet de plusieurs interventions, puisque seulement 9% des fonds alloués à ce jour bénéficient à ce secteur.

Le Bureau politique de la CRPM a adopté des positions en mars et juin 2017 sur ces questions et a réitéré sa position concernant les fonds restants du MIE. Ils devront être alloués aux projets qui visent à améliorer l’accessibilité des Régions périphériques et insulaires de l’Europe.

La CRPM a également demandé un renforcement de la politique des Autoroutes de la Mer (AdM), une meilleure prise en compte du réseau global du RTE-T, insuffisamment soutenu par le MIE, alors qu’il contribue à ancrer l’Europe dans les territoires.

Il convient de constater que ces questions n’ont quasiment pas été abordées à Tallinn. Par conséquent, la mobilisation de la CRPM et de ses Régions membres reste donc nécessaire dans le cadre de sa « campagne pour l’accessibilité ».

La Commission européenne présentera formellement ses idées sur le MIE post-2020 (« MIE 2 ») début 2018. D’ici là, la session transports de la prochaine Assemblée générale de la CRPM, le 19 octobre 2017 à Helsinki, permettra de poursuivre notre travail de persuasion auprès de la Commission et du Parlement et le 28 novembre prochain à Bruxelles, le groupe de travail transports de la CRPM fera un point sur les démarches engagées et à prévoir.

2017-10-03T15:03:15+00:00